Celios, un groupe d’entreprises #handi_accueillantes

Nos actions au sein de Celios

(crédit photo Le Populaire du Centre)

  • Conférences avec l’université
  • Participation à duoday : faire découvrir pendant 1 journée un métier à une ou des personnes porteurs de handicap.
    En 2019, nous avons accueilli une personne pour lui faire découvrir le métier de développeur
  • Aménagements / adaptation des conditions de travail selon les besoins des collaborateurs : particularité pour les aspergers

Nous portons une attention particulière à leurs particularités sensorielles. Ainsi, nous mettons à disposition des lieux calmes avec une luminosité ajustée, ce qui permet une meilleure concentration. En effet, les personnes hypersensibles auront du mal à se concentrer dans des espaces bruyants, avec du passage, et avec des lumières ressenties comme étant agressives, notamment les néons.

Dès que cela nous est possible, nous ajustons également le temps de travail (souvent des demandes de temps partiels, voire du télétravail) et nous ajustons les horaires de travail ; par exemple, le travail en horaires décalés leur permet, en général, d’éviter les heures de pointe et ainsi d’arriver sereinement au bureau.

Voir l’article sur l’exemple Celios avec l’autisme

Côté vestimentaire, il n’y a pas de dresscode strict mais parfois, il nous arrive de préciser la ligne vestimentaire à respecter.

Lors de l’accueil, de l’intégration et du suivi, nous faisons au mieux pour expliciter le fonctionnement (explicite et implicite) de l’entreprise, pour décrire précisément les acteurs et rôles de chacun (organigramme et sociogramme). Il en est de même pour la description des usages et des consignes du « vivre-ensemble » comme par exemple : éteindre son ordi et lumières en fin de journée, modalités des pauses café et pauses repas, etc… Et aussi, les managers font au mieux pour définir des objectifs SMART+ !

Au cours de la vie professionnelle, nous privilégions la coopération à la logique de compétition

Nous adaptons notre process de recrutement : nous ne nous arrêtons pas aux apparences ni au langage non verbal, nous proposons des mises en situation techniques. Il nous arrive également de préparer l’entretien de recrutement avec une tierce personne qui servira de relais ; nous faisons au mieux pour l’échange soit constructif et aidant car pour qu’un contrat de travail soit bien vécu, il est nécessaire que les parties soient satisfaites des conditions négociées !

Concernant les moyens de communication, nous privilégions les échanges par écrit aux relations directes ou par téléphone mais cela dépend des personnes bien évidemment 😉.

Nous évitons de mettre certains de nos collaborateurs sur des emplois d’accueil physique ou téléphonique ou en contact direct avec certains de nos clients car leur manque d’adaptation relationnelle dans certaines circonstances pourrait se révéler inapproprié tant pour eux-mêmes que pour le client. Nous ne souhaitons pas les mettre en situation d’échec, ce qui ne fera qu’amoindrir leur confiance et leur assurance qu’ils ont d’eux-même. Nous nous focalisons sur leurs compétences notamment techniques (qui souvent découlent de leurs centres d’intérêt) et tout le monde y gagne : le collaborateur, le manager, l’entreprise et le client final !

Définition du Handicap

(selon le site Handicap-Info) Le handicap met parfois mal à l’aise, il dérange… Pourtant, il fait partie de la vie et c’est à nous tous de faire en sorte que les personnes handicapées soient mieux intégrées dans la vie quotidienne.
Il a été défini par la loi pour l’égalité des droits et des chances comme une altération durable ou définitive de la santé mentale, physique, psychologique, cognitive ou sensorielle. Cette altération a des répercussions sur l’activité physique, sur l’intégration en société et sur la vie quotidienne, qu’elle limite de façon plus ou moins importante. Le regard de la société sur les personnes handicapées évolue, même s’il reste encore trop souvent pesant et difficile à vivre pour elles.

La définition légale du HANDICAP en France

La loi du 11 février 2005 dans son Article 114 donne la définition du handicap :
« Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant ».
Pour avoir le texte de loi complet, visitez notre rubrique LOI n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées

Il serait plus juste de parler de plusieurs définitions du handicap selon les sources auxquelles on se réfère.

La définition du handicap : cinq grandes catégories

  • Le handicap moteur recouvre l’ensemble des troubles pouvant entraîner une atteinte partielle ou totale de la motricité, notamment des membres supérieurs et/ou inférieurs (difficultés pour se déplacer, conserver ou changer une position, prendre et manipuler, effectuer certains gestes).
  • Le handicap sensoriel regroupe les difficultés liées aux organes sensoriels, et plus particulièrement :
    • Le handicap visuel, qui concerne les personnes aveugles, mais aussi, dans la majorité des cas, les personnes malvoyantes
    • Le handicap auditif, c’est la perte auditive totale est rare, la plupart des déficients auditifs possèdent « des restes auditifs » pour lesquels les prothèses auditives apportent une réelle amplification. Selon les cas, ce handicap s’accompagne ou non, d’une difficulté à oraliser.
  • Le handicap psychique résulte de troubles mentaux ou d’une maladie psychique, névrose, psychose, dépression, dépendance, etc. Il se traduit par un dysfonctionnement de la personnalité, sans nécessaire atteinte des capacités intellectuelles.
  • Le handicap mental ou intellectuel : c’est une difficulté à comprendre et une limitation dans la rapidité des fonctions mentales sur le plan de la compréhension, des connaissances et de la cognition.
  • Les maladies invalidantes : toutes les maladies respiratoires, digestives, parasitaires, infectieuse (diabète, hémophilie, sida, cancer, hyperthyroïdie…). Elles peuvent être momentanées, permanentes ou évolutives.